Les différents psys

Dans ma pratique, j’ai très souvent remarqué que beaucoup de personnes ne savaient pas exactement quelles étaient les différences entre psychiatre, psychologue, psychothérapeute, psychopraticien, psychanalyste…

Qui sont-ils ? Quelle formation ont-ils ?

À ce jour, en France, il n’y à que deux titres qui  garantissent que vous consulter une personne possédant une formation solide et sérieuse : psychologue et psychiatre.

Vous pouvez lui demander son numéro ADELI (c’est le numéro donné par la DDASS) ou contactez la DDASS (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales) de votre département pour savoir si cette personne est bien enregistrée et peut donc prétendre au titre.

N’importe qui peut malheureusement s’installer psychothérapeute, psychanalyste ou psychopraticien sans aucun besoin de justifier de quoi que ce soit, et avec tous les risques que cela engendre… Il est important d’aller consulter une personne bien qualifiée et donc de bien vérifier qui est votre interlocuteur…

Le psychologue a une formation universitaire spécialisée d’emblée dans la psychologie et s’achevant au minimum avec l’obtention d’un Master 2 professionnel ou de recherche, bac+5. Il faut absolument terminer le cursus et obtenir un Master 2 pour être reconnu en tant que psychologue.

Le psychologue vous garantit des qualités d’écoute et de thérapie. Sa prise en charge peut aussi passer par des tests.

En revanche, il n’est pas médecin et ne peut donc pas effectuer de prescription ni émettre de feuille de soins.

En plus d’une compétence psychothérapeutique générale, il peut avoir une surspécialisation en thérapie familiale, en thérapie cognitivo-comportementale, en thérapie interpersonnelle ou en psychanalyse.

Notons que de plein droit le psychologue clinicien et le psychiatre peuvent se dire respectivement :  psychologue-psychothérapeute ou psychiatre-psychothérapeute (voir le décret du 7 mai 2012).

C’est un médecin qui s’est spécialisé dans les troubles psychiatriques. Il propose souvent des entretiens thérapeutiques au même titre que le psychologue.

Il peut également prescrire un traitement lorsque cela s’avère nécessaire (antidépresseur, anxiolytique, psychotropes divers).

Il peut proposer ou imposer (dans de très rares cas) une hospitalisation dans un centre spécialisé.

Il pourra vous délivrer une feuille de soins pour une prise en charge des soins (si conventionné) par la Sécurité sociale et votre mutuelle.

Notons que, de plein droit, le psychiatre peut se dire psychiatre-psychothérapeute (voir le décret du 7 mai 2012).

Théoriquement, ce titre désigne tous les professionnels capables d’effectuer une psychothérapie. Toutefois, jusqu’à récemment, les conditions qui réglementaient le droit de se prévaloir de ce titre n’étaient pas claires. De ce fait, beaucoup de personnes ont pu utiliser ce titre sans pour autant se prévaloir d’une formation reconnue.

Depuis le 22 mai 2010, le décret d’application de la loi sur l’utilisation du titre de psychothérapeute est publié au Journal Officiel à l’alinéa 24.

Il définit très clairement les conditions d’application de la loi et les conditions d’accession à ce titre. Seuls les psychiatres et les psychologues cliniciens sont détenteurs de plein droit du titre de psychothérapeute, tous les autres doivent attester d’une formation telle que définie dans le décret.

C’est une personne qui utilise comme théorie et comme technique la psychanalyse née de Sigmund Freud. Là encore il convient d’être vigilant sur la qualité de la personne (soit psychologue, soit psychiatre, soit membre d’une société psychanalytique reconnue telles que la SPP (Société psychanalytique de Paris), la SFP (Société française de psychanalyse), l’ELP (École lacanienne de psychanalyse), l’École de la cause freudienne, l’API (l’Association psychanalytique internationale),etc.).

Le développement personnel est en plein essor et nombreuses sont les chapelles qui vous ouvrent leurs portent en vous garantissant un mieux être et une harmonie retrouvée…

N’oubliez pas également que la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires met en garde contre les nombreuses dérives sectaire des psychothérapies nouvelles…

En ne consultant qu’un psychologue ou un psychiatre, vous limitez les risques de vous retrouver pris dans des thérapies parfois douteuses et vous vous assurez les services d’une personne réellement formée.

C’est le nouveau terme pour désigner, depuis 2010, ceux qui exerçaient la psychothérapie mais ne peuvent plus porter le titre de psychothérapeute selon la loi. Problème : n’étant pas réglementé, il désigne des psys avec des formations très différentes. Certaines sérieuses et reconnues, d’autres beaucoup moins.